Pharmacie de la Licorne

Surveillance de la dengue à la Réunion. Point épidémiologique au 16 avril 2019.

Posté le 23 avril 2019

Points clés

En S13 et 14, plus de 5 000 personnes (respectivement 3 052 et 2 359) personnes ont consulté pour un syndrome cliniquement évocateur de dengue portant le total à plus de 16 000 depuis le début de l’année et à plus de 43 000 depuis 2018.

Plus de 1 000 cas sont actuellement rapportés par semaine (respectivement 1090 et 952) portant à plus de 6 000 le nombre de cas rapportés depuis le début de l’année et à 14 000 cas depuis le début de l’épidémie.

La dispersion des cas est toujours observée (23 communes ont rapportés des cas).

Le foyer « historique » du sud est toujours très actif. Par ailleurs, le nombre de cas rapportés à St Joseph, au Tampon et aux Avirons augmente de façon importante.

Parmi les foyers émergents, une augmentation des cas est observée sur les communes de Cilaos, St Philippe, Ste Suzanne, St André, St Denis et St Paul

Une circulation autochtone du serotype DENV1 a été mise en évidence à Petite Ile (14 cas)

6 décès rapportés en 2019. Après investigations, 3 ont été considérés comme directement liés à la dengue et 3 comme indirectement liés.

Lire l'article

Surveillance de la fièvre de la vallée du Rift à Mayotte. Point épidémiologique au 12 avril 2019.

Posté le 23 avril 2019

Situation épidémiologique

Entre le 22/11/18 et le 11/04/2019, 117 cas de FVR ont été confirmés par le laboratoire du CHM, dont 3 cas seulement signalés au cours des 2 dernières semaines. L’épidémie est en phase de décroissance.
Depuis le 22/11/2018, 101 cas ont été investigués par le service de Lutte Anti-Vectorielle (LAV) et la Cellule de Veille, d’Alerte et de Gestion Sanitaires (CVAGS) de l’ARS OI et la Cellule d’intervention en région océan Indien de Santé publique France (Cire OI) à Mayotte :
- 74 cas (73%) ont été en contact direct ou indirect avec des animaux d’élevage
- 30 cas ont déclaré consommer du lait cru ou caillé
- 20 cas n’ont déclaré aucune exposition.
La majorité (58%) des cas localisés résident dans les communes du centre-ouest de l’ile, principalement à Chiconi, Tsingoni et Ouangani.

Lire l'article

Surveillance de la leptospirose à la Réunion. Point épidémiologique au 15 avril 2019.

Posté le 23 avril 2019

Points clés

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018 : 104 cas de leptospirose autochtones ont été déclarés soit :
- un taux de déclaration de 12 cas pour 100 000/hab
- une majorité des cas dans l’ouest et le sud de l’île
- une augmentation de 80% par rapport au 57 cas de 2017.

La leptospirose est endémique à la Réunion, avec un nombre plus important de cas déclarés en 2018, qui s’explique par :
- une pluviométrie conséquente particulièrement dans l’ouest et le sud de l’île (+ 56% par rapport 2017)
- une épidémie de dengue concomitante expliquant l’augmentation de la recherche de leptospirose dans l’investigation des syndromes « dengue-like »
- et la réalisation d’une PCR multiplex comprenant notamment la recherche conjointe dengue/leptospirose (CHU Réunion).

Evaluation de risque :
Particulièrement de janvier à mai, et surtout en présence de facteurs de risque d'une contamination par des leptospires : le diagnostic et la prise en charge sont une priorité.

Lire l'article

Surveillance de la grippe en Guadeloupe et les Iles du Nord. Point au 11 avril 2019.

Posté le 15 avril 2019

Situation épidémiologique

L’épidémie de grippe poursuit sa décroissance en Guadeloupe et à Saint-Barthélemy.
En Guadeloupe, quinze cas graves ont été recensés dont cinq sont décédés. Le virus de la grippe A a été principalement identifié en ville et à l’hôpital.
A Saint-Martin, les indicateurs épidémiologiques de l’activité grippale sont faibles depuis la dernière semaine de mars.

=> Poursuite de la décroissance en Guadeloupe et à Saint-Barthélemy
=> Fin d’épidémie à Saint-Martin

Lire l'article

Surveillance de la grippe en Martinique. Point au 11 avril 2019.

Posté le 15 avril 2019

Situation épidémiologique

En Martinique, les indicateurs de l’activité grippale sont globalement stables depuis deux semaines.
Depuis le début de l’épidémie (mi-janvier), 14 250 personnes ont consulté un médecin généraliste pour un syndrome grippal. Le pic épidémique a été atteint mi-février. Le virus majoritaire isolé est de type A à l’hôpital ainsi qu’en médecine de ville. Treize cas graves hospitalisés en réanimation ont été enregistrés dont trois sont décédés.
⇒ Epidémie stable

Lire l'article